A temps…?

C’est le grand jour, un stress pour tous, les élèves, les profs de la classe qui tous les jours se sont relayés pour les accompagner et, bien sûr, Youlia et Hugo qui ont veillé au grain, faisant émerger les idées, guidant sans jamais imposer.
Le matin, les fidèles sont au poste, Yasmine, Nicolas, Jérémy, Narindra, Leïla, Kevin sont parmi les premiers. Onze heures arrive vite cependant, et on attend encore les retardataires pour le filage ultime. Pour patienter, on recense les costumes, on vérifie la musique, cela répète dans tous les coins. Un essayage de chaussures par ci, un texte à dire par là, les détails à améliorer ne manquent pas. Sera-t-on prêts à temps ?

DSCF3109 DSCF3107

Le filage commence. L’image d’ensemble est réussie mais cela pêche encore par moments et, détail après détail, Youlia reprend. Plus fort la voix, muscle le texte, attention tu dois tenir le rythme, vas-y, n’hésite pas à te lâcher, gaffe à la démarche quand tu arrives…Les minutes glissent dangereusement. Notre dead line ? 12h30, histoire de faire une pause, de manger tranquillement, et de se retrouver en amont, à 13h30 avant l’arrivée des spectateurs. Nous n’aurons pas le temps de faire un second filage, trop de choses à caler. Etrangement, les élèves n’ont pas l’air d’avoir trop le trac. Ils se détendent sur les marches du lycée, au soleil, c’est bon signe.

DSCF3100 DSCF3103

L’heure approche. Notre metteure en scène s’attache à restaurer la concentration, à détendre tout le monde avec des exercices très efficaces. Une drôle d’atmosphère règne, entre silence et agitation en coulisses.

DSCF3115 DSCF3113

14 heures. Jean-Baptiste et Chloé des relations publiques du Théâtre des Quartiers d’Ivry sont déjà là. Dans le couloir, des bruits de pas. Les profs, des élèves, on fait entrer dans la salle 47, devenue théâtre. Un petit mot pour rappeler les enjeux du projet, dire que l’on est fiers du travail accompli et c’est parti pour presque trois quarts d’heure de représentation !
Yasmine et Souhaïla, jury intraitable, appellent un à un les projets retenus dans ce concours étrange qui condamne autant qu’il sauve. Qui sortira gagnant de cette course contre la montre ?

DSCF3120

En scène, Narindra interpelle avec force et culot le public, n’hésitant pas à choquer et on sent qu’elle s’amuse beaucoup !  Quant à Kevin, royal, il incarne son personnage avec le calme olympien et une prestance naturelle époustouflante ! Sa voix, basse et profonde, parvient même à dominer le public !

DSCF3129 DSCF3124

DSCF3134

Leur succède une scientifique allumée dont la démesure dépasse l’entendement…Leïla jubile à terroriser le jury…et les spectateurs ! Qui aurait cru qu’un si petit bout de femme susciterait une telle frayeur ? !!

DSCF3139 DSCF3138

Et puis « la procrastination », grande idée portée avec brio par Nicolas et ses fameux acolytes, Tanguy, l’ouvrier chaplinesque du XXème siècle qui joue à merveille du comique de répétition, et Jérémy, irrésistible sur sa trottinette, dont le visage affiche un sourire béat à mourir de rire, tandis qu’en patron dynamique et novateur, Nicolas nous embarque !

DSCF3161 DSCF3153

DSCF3172

Plus retenu, Yanice dans le rôle d’un homme qui, contraint et forcé, vient nous dévoiler le secret de l’éternelle jeunesse. Déroulant une vie qui n’a tourné qu’autour de cette quête, ses mots révèlent la tristesse d’une existence, vécue sans amour.

DSCF3174

Enfin, c’est la « prédestination ». Changement de registre et de costume pour Jérémy qui défend la belle idée d’un destin auquel on tord le cou pour une société plus juste. Lui, l’homme riche, l’enfant des beaux quartiers et des grandes écoles, lui aussi a subi une fatalité et choisit la scène pour tomber la veste et devenir celui qu’il est, au rythme de Dalida… « Moi je veux mourir sur scène…devant les projecteurs ! »

DSCF3193 DSCF3195

Les comédiens envahissent le plateau, les applaudissements surgissent…Un succès ! Tout le monde est impressionné par le travail accompli en si peu de temps !

DSCF3198

Remercions ici Hugo Paviot, auteur chaman, dont la patience et la ténacité ont aidé nos élèves à comprendre qu’une page noircie de mots et de ratures était un pas vers la littérature, et Youlia Zimina, metteure en scène volcanique qui, de nos acteurs en herbe, a fait jaillir des fleurs insoupçonnées.
Sans oublier les profs qui tout au long de l’année ont accompagné ce projet, dans leurs cours, les sorties scientifiques et artistiques et….les élèves qui, malgré tout, ont tenu le choc !

Mais ce projet n’est pas totalement fini…des sorties théâtrales encore nous attendent pour clore l’année en beauté !

Bravo à tous !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s