Maïa Sandoz et Adèle Haenel dans notre classe au Microlycée…La classe !

trilogieHier, grande journée avec les élèves de 1ère ES-L. Dans notre parcours théâtral, Le Moche et Perplexe, deux pièces de Marius Von Mayenburg, qui traite de la question de l’identité dans notre monde…vaste sujet ! Nous commençons la séance en lisant des extraits de chacune de ces pièces et notons au tableau toutes les réflexions qu’elles nous inspirent. Cela tourne autour de la beauté, de sa signification dans la société d’aujourd’hui, de la subjectivité, de la discrimination. Ce texte dans lequel une femme dit à son mari qu’il est moche, qu’elle ne lui a jamais dit parce qu’elle aimait sa beauté intérieure mais se montre incapable de le regarder autrement que dans l’œil gauche…nous trouble un peu ! Peut-on aimer quelqu’un qu’on trouve laid ? Et que devient la notion même de beauté si tout le monde est identiquement beau ?

Nous enchaînons sur Perplexe qui nous laisse…perplexes ! On sent que la pièce est drôle, et en même temps, elle produit une sorte de malaise. Les allusions au nazisme ne sont pas étrangères à ce sentiment…

DSC_1333Nous avons à peine terminé que déjà, Maïa et Adèle arrivent ! Le dialogue s’installe un peu timidement. Toutes deux se présentent, et on lance la discussion sur le thème de la beauté. Adèle Haenel évoque la question des normes, l’injonction sociale à ressembler à tel ou tel visage, à couper les choses qui ne vont pas, à photoshoper ce qui n’est pas normé. Les élèves réagissent. « C’est subjectif, la beauté ! » s’exclame Yasmine. « Subjectif, oui, mais quand les média, l’image impose une beauté, comment faire ? » renchérit l’actrice.

DSC_1337Félix prend la parole : « Mais la beauté, ce n’est pas que le physique, on peut être touché par le geste d’un enfant, le trouver beau. Et cela n’entre dans aucune norme, c’est un moment fragile que l’on retient et qui incarne la beauté. » Les deux artistes acquiescent. Au fond, nous sommes d’accord pour dire que le monde nous impose une norme qui ne correspond pas forcément à nos goûts. Du coup, cela pose la question de la mise en scène et des indications scéniques de l’auteur : l’acteur jouant le moche ne devra pas l’être particulièrement, et les physiques ne changeront pas malgré les opérations de chirurgie esthétique.

DSC_1343Cela nous interroge sur le jeu : comment montrer alors le changement ? Maïa explique que la posture va se modifier, l’ouverture du corps, mais surtout – et c’est la magie du théâtre – qu’il suffit de dire, dans le dialogue, qu’un personnage est beau pour que le spectateur y croit. De fait, nous le vivrons dans cette pièce démente, le soir même. Le moche, sollicité par tous, surtout par les femmes mais pas seulement, dégage un sex-appeal indéniable lorsque l’on voit tout le monde se l’arracher.

Nous enchaînons sur Perplexe. Adèle Haenel nous prévient : il faut se laisser porter par la pièce qui fonctionne comme un mécanisme qui s’emballe peu à peu. Les personnages, au fil du texte, en deviennent d’autres par des jeux d’alliance et de rejet. La metteure en scène nous en raconte la genèse : les quatre comédiens qui ont créé le spectacle sont bien connus des spectateurs et, de fait, le spectacle fonctionne aussi sur des clins d’œil qui nous échappent. Néanmoins, lorsque le soir, nous nous retrouvons au cœur de cette épopée endiablée, on se laisse complètement emporter par le flot d’événements incongrus qui s’enchaînent, un homme à tête d’élan, un enfant en uniforme nazi, une bonne qui se fait martyriser, les acteurs s’en donnent à cœur joie et leur abattage nous réjouit totalement !

IMG_0047

Mais revenons à la classe !

Yasmine se lance : « Pourquoi vous êtes devenue comédienne ? »

DSC_1342DSC_1341

Adèle Haenel nous raconte que dès l’âge de cinq ans, elle a pris des cours de théâtre, qu’elle a enchaîné très vite, un premier film à 12 ans, un autre à 17, une pause pour les études et un retour au cinéma et au théâtre. Quant à la question de l’envie du métier, elle se livre : « quand j’étais au lycée, j’avais un peu l’impression de jouer un rôle, du coup, ça m’a semblé naturel de faire du théâtre, mais ça ne l’était pas tant que ça parce que la question qui se pose c’est : où est-on vrai ? Dans la vie ou sur scène ? ». Le masque…l’identité, on y revient, cela rejoint des thèmes que nous avons abordé en étudiant le théâtre… Elle nous dit aussi qu’elle n’a pas eu une formation « officielle » (une école, un conservatoire) et que finalement, ce n’est pas plus mal car c’est aussi ce qui la pousse à travailler beaucoup pour avancer dans son métier.

DSC_1334DSC_1338

Et ce spectacle, ensemble, comment est-il né ? Maïa Sandoz est aussi actrice et toutes deux se sont rencontrées sur un tournage. Quelques parties de ping-pong, des bières partagées, des sorties au théâtre entre amies et hop ! L’envie de travailler ensemble au théâtre était née ! L’heure a tourné. On se donne rendez-vous au théâtre des quartiers d’Ivry pour la représentation. Deux heures trente de folie théâtrale, une folie qui semble inimaginable mais qui pourtant décrit impitoyablement le monde dans lequel nous vivons et ses absurdités. Une folie drôle et entraînante portée par des comédiens au rythme effréné.

image_fichier_fr_img_1108.a.danica.bijeljac.bd Mais l’émotion, cependant, ne manque pas, notamment lorsque le moche, devenu beau, contemple ses doubles dans un miroir et se parle à lui-même tandis qu’Adèle Haenel chante au micro la chanson de Joe Cocker « you are so beautiful ». Nous sortons ravis, attendons les acteurs pour les féliciter et les remercier.

La soirée s’achève, le prochain rendez-vous théâtral, c’est le nôtre, la semaine de création approche…au tour des élèves de déployer leur imaginaire sur le temps…

Nous remercions chaleureusement Maïa Sandoz et Adèle Haenel pour leur gentillesse et leur disponibilité !

DSC_1345DSC_1344

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s